Schweizerischer Collie Club (SCC)

Collie Club Suisse (CCS)

>

Pourquoi un collie avec pedigree

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un collie avec pedigree SCS/FCI diffère d'un chien dit "de race" ou d'un bâtard. Tous les éleveurs qui élèvent des chiens avec des pedigrees SCS/FCI sont soumis à des contrôles et des restrictions spéciales par la SCS ainsi que par le Swiss Collie Club:

En particulier:

  • Les parents (reproducteurs) doivent non seulement avoir un pedigree SCS ou FCI, mais aussi passer un test de tempérament et un test de conformation (appelé sélection). Les chiens présentant des défauts de tempérament ou de conformation ne sont pas admis à la reproduction.
  • Les reproducteurs doivent avoir un âge minimum. Une chienne reproductrice ne peut élever qu’une portée par année civile. Passé un certain âge, les reproducteurs sont retirés de l'élevage.
  • Les éleveurs font contrôler chaque portée. La détention, l'exercice, la propreté, l'état des soins, l'alimentation, la vaccination, la vermifugation de la mère et surtout des chiots sont contrôlés. Les chiots doivent être marqués (puce électronique) et ne peuvent être remis aux acheteurs avant leur 10e semaine de vie. Les exigences de la loi sur le bien-être des animaux sont également prises en compte par les inspecteurs lors de chaque contrôle de site d'élevage.

L'éleveur CCS/SCC est soumis à des contrôles stricts. Si des défauts sont découvertes, l'éleveur dispose d'un délai pour procéder aux rectifications. En cas de violation du règlement ou d’irrégularités, des sanctions sont prises, dans l'intérêt des chiens, mais aussi dans celui des acheteurs ou des futurs propriétaires de chiots. Les "éleveurs" de chiens dits "de race" ou de races mixtes ne doivent pas se soumettre à toutes ces restrictions et exigences. Pour des raisons de coût, ces "éleveurs de races mixtes" veulent éviter ces obligations et ces contrôles et se contentent d'élever des chiens "sans-papiers" à bas prix ; et parfois dans des conditions et avec une qualité douteuse. Souvent, ces "accouplements" se font au détriment de la santé de la mère ou des chiots. Les économies réalisées sur le prix d'achat sont souvent plus que compensées par la suite sous la forme de frais vétérinaires plus élevés, voire par la santé déficiente du chiot.